Les étirements (stretching)
Page précédente
Etirements (stretching), assouplissements et réflexe myotatique inverse

Il ne faut pas confondre étirements et assouplissement… Les étirements sont fait pour détendre les muscles ainsi que leurs attaches les tendons et par la même occasion, se détendre dans son corps et dans son esprit. Les assouplissements eux sont une recherche de gain dans les amplitudes d’étirement articulaire et tendineux et donc de la souplesse afin de corriger des raideurs invalidantes ou alors, dans une démarche de performance physique.

La souplesse :

C’est la qualité d’un ensemble anatomique fonctionnel constitué essentiellement par le tissu musculaire, qui permet, au cours d’un exercice, une bonne amplitude segmentaire sollicitant surtout l’élasticité, sans annihiler ses qualités de force et de puissance, sans que cela induise de compensation et ne nuise au bien être et à la performance. L’entraînement de la souplesse est l’acte d’augmenter l’élasticité d’un muscle et ses tissus environnant comme les tendons (les ligaments reliant les os entre eux, ils ne possèdent pas de propriétés d’élasticité) pour augmenter l’amplitude de mouvement.

Le réflexe myotatique :

Tout étirement brusque ou violent entraîne systématiquement un réflexe myotatique. C’est l’ajustement de la longueur du muscle intervenant lorsqu’il s’agit de protéger ce même muscle contre un étirement abusif de ses structures ou, lors d’un brusque étirement du muscle, pouvant entraîner une lésion.

L’activité myotatique va donc empêcher certains mouvements de grandes amplitudes en provoquant des raideurs musculaires, c'est-à-dire en limitant l’allongement musculaire. Ceci va à l’encontre de ce que l’on veut obtenir lorsqu’on cherche à obtenir un gain de souplesse.

Le réflexe myotatique est déclenché par la stimulation des récepteurs musculaires appelés « fuseaux neuromusculaires », et entraîne la contraction musculaire du muscle stimulé.

Le réflexe myotatique inverse :

Si dans un premier temps, le muscle se contracte de manière réflexe lorsqu’il est brutalement étiré, il va dans un deuxième temps, si l’étirement persiste et s’amplifie, se relâcher subitement pour permettre, en supprimant sa résistance à l’allongement, de protéger le tendon d’un arrachement au niveau de ses jonctions myo et ostéo tendineuses du fait des trop fortes tensions qui lui seraient imposées.

Ce réflexe est déclenché par la stimulation des récepteurs neuro-tendineux ; les organes tendineux de Golgi (OTG) situés dans le tendon, qui entraîne un relâchement musculaire.

Lire la suite...Gain d’amplitude et corrections des raideurs par le C-R-E
Francisco CAMPELO - 4ème Dan Aïkido - Aïkikaï Tokyo - Genève, Suisse
design & dev by BLUEWAVE & STEF ©2009